La blépharoplastie non chirurgicale, c’est possible !

Blepharoplastie > Blog > La blépharoplastie non chirurgicale, c’est possible !
Publié le : 29 Juin 2017 à 15:17
La blépharoplastie non chirurgicale, c’est possible !

Quand les paupières s’affaissent à cause de l’âge, le regard s’en retrouve fatigué et sans vie. C’est pour corriger cela que de nombreux patients font appel à la blépharoplastie, la chirurgie esthétique des paupières et ce, même si cela signifie qu’ils vont passer sous le bistouri. Sachez toutefois qu’il existe une nouvelle forme non invasive pour ce traitement et qui propose de lifter les paupières sans chirurgie : le Plexr.

De quoi s’agit-il ?

Plexr se réfère à Plasma Exérèse. Cette technique permettrait de corriger l’affaissement des paupières et ce, en réduisant l’excès cutané situé au niveau de cette zone, connue pour être très fine et pauvre en collagène.

Elle est née en 2008 et a pour objectif de sublimer les tissus en mettant en place un arc de plasma ou photovoltaïque.

Comment ça fonctionne ?

Globalement, le principe est de créer de légères brûlures au niveau des paupières supérieures afin de stimuler une cicatrisation qui va retendre la peau.

Dans les détails, le praticien va émettre sur la peau, un courant électrique sans même la toucher directement. Il utilise, pour cela, un petit stylet doté d’une canule et de la taille d’une aiguille, pour transmettre le courant à un millimètre de la peau. Cela va générer un arc électrique qui va chauffer et détruire l’épiderme tel un fer à souder. Le petit courant, baptisé plasma, va ainsi provoquer une rétraction de la peau et c’est ce que les spécialistes désignent par « sublimation ». La peau devient ainsi plus lisse et plus tendue pour effacer le relâchement.

Avant de sortir le fer à souder, le praticien va appliquer sur la zone à traiter, un anesthésiant pour atténuer la douleur, qui n’est pas aussi intense qu’on peut le craindre.

Est-ce une bonne technique à adopter ?

En matière de chirurgie esthétique, il n’y a pas vraiment de bonne ou de mauvaise technique puisque seuls les résultats peuvent le confirmer. En ce qui concerne le Plexr, ceux qui y ont déjà recouru en sont satisfaits, mais la méthode a toutefois ses limites.

En effet, elle est idéale pour corriger un relâchement modéré et peut être réalisée deux à trois fois par an pour entretenir les résultats, mais lorsque l’affaissement est plus important, la blépharoplastie chirurgicale reste la meilleure option.

Le geste doit être très précis et permet de retarder le recours au bistouri. Dans certains cas, elle peut ne cibler que la moitié de la paupière ou seulement l’une des deux paupières selon les cas. Le but est avant tout d’apporter l’harmonie sur le visage donc la technique est personnalisée sur chaque patient.

Un autre avantage à ne pas négliger : elle met en place un effet de tension qui va stimuler le collagène. Ainsi, les rides viendront plus tardivement.

Enfin, puisqu’elle ne nécessite aucune incision ou produit à injecter, elle ne laisse aucune cicatrice et les résultats sont plus naturels.

Les résultats sont-ils garantis ?

Les résultats sont bons, mais il faut quand même compter plusieurs séances pour pouvoir les apprécier. Leur durée reste jusqu’ici inconnu puisqu’on n’a pas encore assez de recul pour le déterminer. Au bout de la troisième séance, on peut remarquer que la peau est plus lisse à condition que le relâchement soit léger ou modéré.

Aussi, puisque l’arc électrique ne cible que l’épiderme, la méthode ne corrige que la peau et non le muscle. Elle n’est donc pas efficace pour traiter un relâchement orbiculaire.

Quels sont les risques et complications ?

En ce qui concerne les effets secondaires, ils sont assez rares, mais existants. Les brûlures ainsi engendrées peuvent entraîner des taches foncées sur une peau blanche ou des taches blanches sur une peau foncée. Elles peuvent également engendrer des œdèmes même si ces dernières disparaissent au bout de cinq jours environ. 

En savoir plus sur la chirurgie esthétique des paupières en Tunisie ici.